.

OLIVIER SCHEFER / Intervention

« Topographies zombies – se déplacer dans les grilles »

Figures récurrentes et envahissantes de l’horreur organique et du cinéma gore, les zombies sont aussi, et peut-être avant tout, des monstres topographes, requalifiant sans cesse les espaces communs – du supermarché au corps de leur prochain.
On examinera ici certains enjeux esthétiques, théoriques et politiques mis en œuvre par le nomadisme zombie.
« Les zombies sont les seules figures intégralement politiques de l’horreur : ils ne suscitent aucun attachement ni fantasme d’ordre sentimental. » _
Olivier Schefer est maître de conférences en Esthétique à l’université Paris 1, Panthéon Sorbonne

Résumé "Des revenants"

Ce second volet des« Variations nocturnes »examine les représentations littéraires, cinématographiques ou politiques des revenants et de la mauvaise mort. Le rapport des pratiques contemporaines de la mort, la possible ou impossible communauté entre les morts et les vivants, sont analysés d’un point de vue esthétique pour mieux comprendre l’espace dédié au vivant.

Quatrième de couverture

« Après les Variations nocturnes, consacrées au mauvais sommeil et à ses diverses incarnations esthétiques (somnambulisme, rêve éveillé), j’interroge ici les formes littéraires et cinématographiques de la mauvaise mort.Pourquoi et comment reviennent celles et ceux qui ne peuvent pas mourir ?
Vampires et zombis, simples souvenirs ou vision obsessionnelle d’un même film, qui transforme le sujet en être de hantise, ces pratiques du retour questionnent également l’existence des seuils et des limites, le pouvoir et les corps minoritaires, l’espace même des vivants. » Olivier Schefer

.

OLIVIER SCHEFER / Bio

Olivier Schefer, né en 1964, est aujourd’hui docteur en philosophie et maître de conférences en esthétique à l’Université de Paris I. Il travaille notamment sur le romantisme allemand et ses implications modernes et contemporaines.

Il questionne en particulier les liens entre la poésie et la philosophie, l’écriture (biographie, fiction) et la spéculation.

Il a écrit dans Inculte, Critique, Art Press ou Plastik, et dirige l’édition critique française des OEuvres philosophiques de Novalis chez Allia. Il est l’auteur de : Poésie de l’infini. Novalis et la question esthétique (Bruxelles, La Lettre volée, 2002), La forme poétique du monde. Anthologie du romantisme allemand (en collaboration avec Charles Le Blanc et Laurent Margantin, Paris, José Corti, 2003) et Novalis, Semences, traduction de l’allemand et présentation (Paris, Allia, 2004).
Il a publié récemment : Epanchements d’un moine ami des arts de Wackenroder et Tieck (José Corti, 2009), Variations nocturnes (Vrin, 2008), Recherches sur l’homme dans l’état de somnambulisme du marquis de Puységur (VillaRrose, 2008).

VOIR Olivier Scheffer / Romantisme & modernité
LIRE Qu'est-ce que le figural ? par Olivier Schefer
BRUIT / lire journal d’une oreille par Olivier Scheffer