Mabel Tapia est historienne de l'art. Ses recherches portent sur les processus de légitimation, de visibilité et de valorisation dans l'art, en lien avec le phénomène de réification. Elle s'intéresse en particulier aux pratiques de filiation conceptuelle, aux archives et aux pratiques politiques dans la production artistique contemporaine. Elle prépare une thèse de doctorat en cotutelle avec l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales et l'Université de Buenos Aires. Mabel Tapia collabore régulièrement avec des institutions, des artistes et des commissaires. Elle a récemment dirigé la publication Perdre la forme humaine qui a accompagné l'exposition du même titre organisée par la Red Conceptualismos del Sur, réseau dont elle est membre.

Vendredi 31 janvier, 10:00 – Bozar, Salle M

De l'usage des archives : « Archivos en uso », un projet du réseau Conceptualismes du Sud
Conférence

.
La Red Conceptualismos del Sur est une plateforme internationale de travail, de réflexion et de prise de position collective, fondée en 2007 par un groupe de chercheurs et d'artistes préoccupés par l'expropriation et les opérations de neutralisation du potentiel critique d'un ensemble des pratiques conceptuelles qui avaient eu lieu en Amérique latine depuis les années soixante. C'est ainsi que la RedCSur travaille dans la conservation et l'activation de la mémoire de ces expériences. « Archivos en uso » est un projet en cours de réalisation, initié par le réseau. Ce dispositif a été pensé comme un outil de socialisation d'un ensemble de documents, qui sont le résultat de nombreux projets de recherche réalisés collectivement.
La première phase du projet « Archivos en uso », rassemble les archives du collectif chilien CADA, des pratiques créatives des mouvements des droits de l'homme en Amérique latine et de l'artiste argentin Roberto Jacoby. Une question est au cœur du travail du réseau et tout spécialement avec la concrétisation de « Archivos en uso » : quelle est la valeur des archives sans la possibilité de les nommer au présent, de les transformer, de les enrichir, de les éparpiller dans le but de promouvoir la production de discours et de connaissance (dans le présent) ? Comment considérer une politique d'archives en dehors d'une réflexion sur leur valeur ? Peut-on imaginer une politique performative d'archives capable de contrecarrer les autorités de l'expertise et de la propriété ?

____________________________________________________________


Mabel Tapia
is an art historian. Her research focuses on legitimising, visibility and valuing processes in art, in relation with the reification phenomenon. She is particularly interested in conceptual derivation practices, in archives and in political practices in contemporary artistic production. She is working on a PhD dissertation for a double doctoral degree with the École des hautes etudes en sciences sociales and the Buenos Aires University. Mabel Tapia regularly collaborates with institutions, artists, and curators. She recently directed Losing the Human Form, a companion publication to the eponymous exhibition organised by Red Conceptualismos del Sur, a network she is a member of.

January 31st, Friday, 10:00 – Bozar, Salle M
De l'usage des archives : « Archivos en uso », un projet du réseau Conceptualismes du Sud
[On the use of archives: “Archivos en uso,” a Conceptualsismos del Sur project]
Lecture

.

Red Conceptualismos del Sur
is an international working, reflection and political collective platform founded in 2007 by a group of scholars and artists preoccupied by the expropriation and the neutralisation of the critical potential of a set of conceptual practices existing since the 1960s in Latin America. RedCSur thus seeks to preserve and activate the memory of these experiences. “Archivos en uso” is a work in progress initiated by the group. This apparatus was elaborated as a socialising tool for a set of documents that are the result of a number of collective research projects.
The first phase of “Archivos en uso” gathers the archives of Chilean collective CADA, the creative practices of Latin American human rights movements, and of Argentinean artist Roberto Jacoby. At the core of the work of the network, and more specifically with the concretisation of “Archivos en uso”, lies the following question: what is the value of archives if we cannot name them in the present, transform, enrich, despatch them in view of promoting speech and knowledge production (in the present)? How can we consider an archival policy without reflecting on their value? Can we imagine a performative archive policy able to counter authoritative expertise and property?